Arabic
English

Archive 2011

Les Presidents Suleiman et Mikati à Tripoli Mina
« ville sans voitures »

Une journée écologique a été organisée hier dans la capital du Liban-Nord par la Fondation du prix Maurice Fadel, en collaboration avec le Réseau de la jeunesse de Tripoli et plusieurs ONG écologiques ; journée parrainée par le président de la République Michel Sleiman.

La Journée sans voitures organisée hier à Tripoli a bénéficié de la présence de nombreuses personnalités, dont le président Michel Sleiman, qui parrainait l’événement, le Premier ministre Nagib Mikati, député de Tripoli, les ministres Ghazi Aridi, Mohammad Safadi, Nicolas Nahas, Nazem el-Khoury, Ahmad Karamé, Hassan Diab, Marwan Charbel et Chakib Cortbawi, ainsi que de nombreux députés. Le président Sleiman a reçu des mains du député Robert Fadel et de sa femme, principaux organisateurs de l’événement, une plaque commémorative. Il s’est également vu remettre par les présidents des municipalités de Tripoli et Mina la clé des deux villes. Michel Sleiman est le premier président de la République à visiter Tripoli Mina depuis Charles Hélou, en 1966, comme l’a relevé le député Robert Fadel. Celui-ci a annoncé une « renaissance de Tripoli grâce à cet événement », tout en n’occultant pas les difficultés auxquelles est confrontée cette ville « devenue l’une des plus pauvres de la Méditerranée ». Il a cependant annoncé « un plan d’action mis au point par les députés de la ville, à leur tête le Premier ministre Mikati, avec l’appui de (l’ancien Premier ministre) Saad Hariri ». Ce plan, selon lui, prévoit la création d’un fonds pour l’investissement qui aidera à l’ouverture de nouvelles sociétés dans la ville, la mise à exécution de l’idée d’une zone économique spéciale, pour créer 5 000 à 10 000 emplois, et, enfin, l’adoption de mesures pour améliorer l’image de la ville afin d’encourager les investissements touristiques.

La tournée du président Sleiman avec les ministres qui l’accompagnaient l’a également mené au bâtiment de l’Université libanaise (UL) en construction à Bahsas, Koura, puis au Palais de justice de Tripoli, également en construction, et enfin au port de la ville, en cours d’élargissement par un promoteur chinois. Au cours de la première visite, le président a insisté sur l’importance de « la décentralisation de l’université publique ». Il s’est enquis auprès du président du Conseil du développement et de la reconstruction (CDR), Nabil el-Jisr, de l’avancement des travaux. Il en a fait de même au port, où il a été accueilli par le directeur général du ministère des Travaux publics et des Transports, Abdel Hafiz el-Qaïssi, et les responsables du port. Le président a insisté, au cours de cette visite, sur l’importance des deux projets, le Palais de justice pour la facilitation du travail des juges et des avocats, en sus de l’amélioration de la condition des détenus, et le port pour son importance économique au niveau de la ville de Tripoli. Le ministre des Travaux publics et des Transports, Ghazi Aridi, a évoqué, au cours des deux dernières visites, les difficultés administratives et autres auxquelles il a fait face pour relancer ces projets qui avaient été interrompus pour diverses raisons. Il a précisé que les fonds ont été assurés par l’actuel gouvernement afin d’achever le Palais de justice, précisant que le projet du port en sera bientôt à la deuxième étape d’exécution.

Mikati : Notre priorité est la stabilité
Au cours d’un déjeuner donné en l’honneur du président de la République à Tripoli, à l’issue de l’événement organisé par la Fondation Fadel, Nagib Mikati a lancé plusieurs messages politiques. « Notre priorité est de préserver la stabilité, a-t-il dit. Nous réitérons notre invitation à participer au dialogue national qui mettra le Liban à l’abri des dangers », a-t-il poursuivi. Et d’ajouter : « Nous n’avons pas répondu aux réactions et aux pressions, parce que la stabilité et la lutte contre la discorde sont notre objectif principal. Nous avons œuvré à renforcer la confiance entre les Libanais et à améliorer le rendement gouvernemental. Nous avons été la cible de remarques blessantes dès la formation de ce gouvernement, mais nous avons toujours été ouverts à tous. >>

 
Cirulaire
De la municipalité d’El Mina aux citoyens d’El Mina
honorables
Le ministère de l'Énergie
et en coopération avec
le Centre libanais pour la conservation de l'énergie
&
La Municipalité d’El Mina
Contribue à remplacer 3 lampes électriques ordinaires par trois
lampes écomomiques gratuitement
via le collecteur de l’institut de l’Electrecité
 
Les obstacles du travail municipal
 

 

Le président de la municipalité d’El-Mina, l’ambassadeur Mohammad Issa, et celui de la municipalité de Tripoli, Dr. Nader Al-Ghazal ont participé à la rencontre municipale de discussion autour des « Obstacles du travail municipal » à l’Hôtel Quality Inn à Tripoli, organisée par la branche du Nord de la Ligue de la Femme Travailleuse au Liban. Plusieurs personnes ont assisté à cette rencontre, comme le général de brigade retraité Samir Chaarani représentant le ministre Mohammad Al-Safadi, l’ancien ministre Sami Minkara, Mme Hind Kabbara, femme du député Mohammad Kabbara, le bâtonnier de l’Ordre des Avocats Bassam Al-Daye, des membres des conseils municipaux et des présidents précédents d’Ordre, en plus des représentants d’associations sociales et féministes.

La rencontre a commencé par l’Hymne National Libanais, puis Dr. Fatima Al-Badawi, présidente de la branche du Nord de la Ligue de la Femme Travailleuse, a dit : « Si cette ligue s’intéresse premièrement au renfort de la femme, à son encouragement à occuper des postes productifs et dirigeants, et à participer dans la prise des décisions, en plus qu’à sa formation professionnelle et au développement de ses compétences et ses capacités, elle est également intéressée par la société en entier, selon la controverse de la relation entre la femme et la société ; d’ici nous avons choisi le thème du travail municipal comme sujet de dialogue entre le citoyen et le responsable.

De même, elle a insisté qu’ « il faut y avoir un mécanisme de communication et de discussion continues entre les municipalités et la société parce que nous témoignons d’un progrès rapide, de même que les priorités et les soucis changent durant les six ans des conseils municipaux, ce qui nécessite, par suite, une rectification continue du travail municipal ».

Mme Iqbal Mourad Doughan, présidente de la ligue au Liban, a insisté que, pour avoir des conseils municipaux réussis, il faut communiquer avec les gens, partager leurs soucis et leur tristesse, exprimer leurs ambitions, et poursuivre les projets actifs et développementaux dans le cadre géographique d’une certaine municipalité.

Elle a ajouté : « La plus importante caractéristique que doit avoir le travail municipal c’est de s’éloigner de la répartition politique ; chaque personne a des droits auprès des municipalités », et il faut que « la loi des élections municipales intègre un quota pour les femmes ».

Dr. Nader Al-Ghazal, président de la municipalité de Tripoli, a dit : « La situation à Tripoli est misérable, et nécessite beaucoup d’effort. Je crois que la priorité du travail est d’étudier la situation du travail municipal, soit concernant le travail interne, soit concernant la cité et les responsabilités aux niveaux constructif et exécutif ».

Il a, de même, parlé de l’affaire de la centralisation administrative et les obstacles qu’elle exige devant le travail municipal, en mentionnant qu’il n’y a pas eu de recrutement dans la municipalité de Tripoli depuis l’an 2000 même avant, ce qui entrave le travail de ses départements et ses divisions à cause des places vacants et du manque des spécialistes nécessaires.

En plus, Dr. Ghazal a dit que le nombre des policiers municipaux est réduit jusqu'à 83 policiers, dont la moitié exécute des tâches administratives, et a ajouté : « Nous sommes convaincus que le rôle du secteur privé est important avec celui du secteur public, et les deux secteurs doivent travailler ensemble. J’ai été nommé, par compromission, comme président du conseil municipal, puis j’ai été contrarié et je suis, jusqu'à maintenant, en train de payer le prix de cette compromission. Cette campagne pourrait avoir raison pour avoir cru que je me suis imposé sur eux. Pour moi, les conseils municipaux doivent être formés par nomination non pas par élection, pour qu’ils travaillent en sécurité et en impartialité, et par suite pour avoir un travail municipal développemental et non politique. Ce que je propose peut être contre mon profit personnel, mais il faut avoir un directeur exécutif en plus d’un président à la municipalité ». Il a discuté encore de plusieurs sujets comme la propreté, l’embouteillage, la pauvreté et le chômage.

A son tour, Dr. Mohamad Issa, président de la municipalité d’El-Mina, a discuté des obstacles aux niveaux administratif, financier, et pratique, en disant : « La municipalité d’El-Mina souffre d’un manque sévère au niveau des mécanismes nécessaires pour exécuter les missions de développement et de service, ce qui cause un retard dans l’application des obligations, et une augmentation de prix des services ». Il donne encore à l’appui l’exemple de l’éclairage des rues dont souffre la cité depuis la fin de l’année passée. La municipalité n’a pas un levier pour élever l’ouvrier jusqu’aux lanternes des poteaux électriques, ce qui la pousse à en louer une chaque fois elle en a besoin.

En plus, il a abordé le sujet de la routine des dépenses essentielles pour acheter les nécessités de la municipalité, et a déclaré que les ministères ne répondent pas aux demandes de la municipalité directement causant, par suite, un retard dans l’émission de la balance, ce qui influence négativement sur la prise des décisions et l’exécution ».

Il a continué en disant : « Je crois que la centralisation administrative qui reçoit toute l’attention et le soin du Ministère de l’Intérieur, surtout du ministre Ziad Baroud, est bien suffisante pour éliminer la plupart des obstacles qui entravent le travail municipal ».

La rencontre est terminée par un dialogue entre les deux présidents des deux municipalités et l’audience à propos de plusieurs affaires développementales et actives, en plus du destin de quelques projets à exécuter. A la fin, tout le monde a été invité à un cocktail.

 
La nocivité du poisson-ballon sur la pêche à El-Mina
 

Le Comité de la Protection de l’Environnement, en coopération avec l’Ordre des Pêcheurs, la Coopération des Pêcheurs au Nord, et l’Institut de l’Environnement à l’Université de Balamand, a lancé une invitation à la conférence scientifique “La nocivité du poisson-ballon sur la pêche”. Il a, de plus, insisté à limiter la reproduction de cette espèce sur la côte libanaise pour arrêter la mort des poissons, et par suite, l’empoisonnement et la mort des gens. Plusieurs personnes ont assisté à cette conférence, entre autres, le président de la municipalité l’ambassadeur Mohammad Issa, et quelques membres du conseil municipal, en plus du président et des membres du comité général et administratif du Comité de la Protection de l’Environnement, et un grand nombre de personnes de l’Ordre des Pêcheurs et de la Coopération des Pêcheurs.

Au début, l’Ingénieur Amer Haddad a dit, au nom du Comité : « Nous avons appelé à cette rencontre avec les secteurs de la pêche à cause du danger que confrontent notre côte et les poissons considérés comme le trésor d’El-Mina et du voisinage. Un nouveau poisson vient d’apparaître dans le cadre de notre espace marin et présente un danger remarquable sur la vie des pêcheurs et des autres gens, de même que sur toutes les formes et les types de poissons.

Il ajoute : « Cette situation dangereuse nous pousse tous à prendre d’immédiates décisions et trouver des solutions pour confronter l’augmentation rapide du nombre de toutes les espèces du poisson-ballon. Ici, il ne s’agit pas de problème qui pourrait arriver, mais plutôt d’un vrai problème dont souffrent déjà les pêcheurs, et dont son effet empoisonnant influence sur plusieurs familles et enfants. Pour cela, nous rencontrons des spécialistes à l’Université de Balamand pour nous cadrer le problème et parvenir à des propositions pratiques afin de limiter le danger de cette catastrophe ».

 

 

 

Un documentaire scientifique, préparé par l’équipe d’étude à l’Université de Balamand, Chadi Al-Andari et Layal Boustani, a exposé des informations sur ce poisson et sur les différentes sortes de poissons au Liban.

Durant l’exposition du film, Chadi Al-Andari a dit que le poisson-ballon grandit rapidement, de sorte qu’il puisse se reproduire deux ans après sa naissance. Il est rentré à la côte libanaise à travers les canaux marins de l’Océan Indien, affectant négativement ainsi l’équilibre environnemental de la mer méditerranéenne, et toutes les sortes de poissons et de coquilles, en plus des différentes créatures marines. Ce poisson peut s’habituer rapidement à un nouvel environnement. Il possède des dents et une mâchoire très solides de sorte qu’il puisse arracher les filets des pêcheurs ; son foie, ses glandes et sa peau contiennent un poison fatal qui ne s’affecte pas par la température et qui pourrait causer des paralysies à ceux qui le mangent. Plusieurs cas de mortalité et de maladies sont déjà apparus au Liban à cause de ce poisson.

 

 

En plus, Layal Boustani a dit que l’équipe de travail à l’Université a trouvé environ 120 espèces du poisson-ballon dont la quantité du poison augmente en grandissant. De même, elle a clarifié que la dissection de ces poissons a montré l’existence de seiches, de crevettes et de poulpes dans leurs ventres.

Un comité sera formé à partir de l’Ordre des Pêcheurs, du Comité de la Protection de l’Environnement, et de la Municipalité d’El-Mina, en coopération avec l’Université de Balamand, afin de pousser les responsables à trouver des solutions rapides à courts et longs termes visant à soutenir et à encourager les pêcheurs pour pêcher ce poisson et limiter sa prolifération. De plus, ce comité offrira une somme d’argent comme compensation des dépenses de la pêche, et mettra les poissons pêchés à la disposition de l’équipe de travail et de la recherche scientifique. Les réunions et les rencontres seront toujours ouvertes pour étudier les propositions de la limitation de ce poisson fatal.

 

 

 
L’ambassadeur italien à El-Mina
 

 

Le Nord a accueilli l’ambassadeur italien Guiseppe Morabito accompagné du consul honoraire italien Saadi Ghandour et de plusieurs membres de l’ambassade. La visite a commencé chez le président Omar Karamé, puis chez le député Samir El-Jisr. Ensuite, l’ambassadeur s’est dirigé vers la municipalité de Tripoli puis vers celle d’El-Mina, et a rencontré respectivement les deux présidents Dr. Nader Al-Ghazal, et l’ambassadeur Mohamad Issa, où ils ont discuté la situation locale et régionale, et les relations entre le Liban et l’Italie.

Le président de la municipalité d’El-Mina, Dr. Mohamad Issa a accueilli l’ambassadeur italien Guiseppe Morabito, et le consul italien Saadi Ghandour, en présence de l’attaché commercial italien Valentina Gambelunghe, des membres du conseil municipal, et du journaliste Antonio Rigani; et ils ont discuté, tous ensemble, les relations entre le Liban et l’Italie.

Le président de la municipalité a informé l’ambassadeur à propos des conditions touristiques, économiques et commerciales à El-Mina, en assurant que la relation entre El-Mina et les cités italiennes remontent à plusieurs siècles et décennies grâce au mouvement commercial marin dans la mer méditerranée.

Il a également dit que la situation économique à El-Mina souffre actuellement de récession, tout en espérant que la vie économique et commerciale revienne à sa prospérité, surtout après la fin des travaux de l’approfondissement et de l’amélioration du port, et de l’établissement de la zone économique.

De même, il a insisté sur l’importance d’activer plus la relation et les liens entre El-Mina et l’Italie.

A son tour, l’ambassadeur Morabito a exprimé son plaisir envers les qualifications touristiques à El-Mina, surtout en ce qui concerne les îles côtières, et a insisté sur le soutien que l’Italie désire offrir pour encourager les investissements au Liban, à travers des projets touristiques et économiques dans maintes régions notamment au port de Tripoli.

A la fin, le consul Ghandour a évoqué les différentes qualifications d’El-Mina qui peuvent être utilisées pour exécuter plusieurs projets et établissements touristiques, économiques et commerciaux surtout avec la présence de belles îles, à côté du port historique, et une série d’activités et de travaux manuels spécifiques à la région, comme la construction des bateaux et des barques qui nécessite le soutien matériel et moral.

 
4 mai 2011
 
La délégation de l’ambassade américaine inspecte
les projets de la Réserve des Iles des Palmes
 

 

Une délégation de l’ambassade américaine à Beyrouth a visité le Comité de la Protection de l’Environnement à El-Mina dans le cadre de l’inspection des projets communs exécutés dans les îles d’El-Mina, surtout l’Ile des Palmes et l’Ile Arramkīn au niveau de l’environnement et des monuments.

La délégation était composée de l’attaché culturel de l’ambassade Jennifer Williams et la directrice des programmes culturels Diana Qobti ; et le Comité de la Protection de l’Environnement était représenté par son président l’Ingénieur Amer Haddad et les membres des deux comités administratif et général.

Williams a prononcé un discours où elle a évoqué que le projet en cours, dans les deux îles face à la plage d’El-Mina, a commencé dès l’an 2009 sous le financement de l’ambassade américaine au Liban en se basant sur une étude qui vise à découvrir et à renouveler les monuments dans les Iles d’El-Mina, et il est maintenant à point d’être achevé. Nous aspirons à réaliser d’autres futurs projets dans ces îles, et à s’en occuper à cause des monuments découverts, en plus de la beauté environnementale et naturelle de ces îles, qui peut être utile à travers de grands projets nécessitant le soutien des comités locaux et libanais pour dévoiler les qualifications environnementales et naturelles.

L’Ingénieur Haddad a évoqué la contribution matérielle et morale de la part de l’ambassade américaine à Beyrouth dans le cadre de l’exposition des lieux culturels et environnementaux, et de les utiliser localement à travers une série de projets développementaux, surtout à El-Mina, en disant : « Nous voyons que le soutien de l’ambassade américaine aux niveaux de la civilisation et du développement est offert dans un temps où tout soin est absent, sachant que ce sont les forces politiques qui devraient le procurer aux projets locaux..

Il poursuit : « Les études antérieures ont montré l’importance des monuments dans les îles d’El-Mina, surtout en place de l’église croisée et des anciens canons. Nous avons organisé plusieurs activités et projets pour maintenir ces sites touristiques et les révéler avec leur aspect historique.

Ensuite, un film de Houda Rifaï documentaire a été exposé pour montrer les sites touristiques dans les îles avant et après l’exécution du projet.

Ainsi, tout le groupe est parti en tournée marine aux alentours des îles et a inspecté ce qui a été exécuté, surtout dans les Iles des Palmes.

 
La Municipalité D’El Mina
 Lance la Campagne : « le Quartier est propre »
Tripoli El mina- Quartier Farah Antoun et Quartier Dr. Jacob Lebban
 Dimanche 15 Mai 10h : am-13h :am

L’Objet :

Soutenir la population du quartier Farah Antoun et celle du quartier du Dr. Jacob Lebban pour maintenir la propreté de la rue et la re-embellir.

Les participants à l'activité:

Les résidents, propriétaires de magasins, écoles, associations locales, les bénévoles, les municipalités

Les résultats anticipés :

1. L'hygiène durable

2. Beauté des routes et des murs

3. Promouvoir une culture de l'hygiène (la responsabilité du citoyen)

4. Établir un exemple vivant d'un modèle idéal

Le mécanisme d'action :

1. Rapport préliminaire, qui comprend des photos, des cartes . ect..

2. Localisation de l'ingérence

3. Identifier les problèmes, l'étude des premières solutions

4. Identification de l'équipe de la population qui suit le travail, Projet d’un policier de l'environnement avec un avertissement morale .

5 Lancement de la campagne des médias dès le début de travail

6. L’Ecriture et la discussion des rapports périodiques avec l'évaluation continue de l'activité

La campagne comprend:

* Nettoyer les rues énumérées

* La plantation d'arbres et prendre soin des espaces verts existants

* Mettre Un certain nombre de conteneurs de déchets supplémentaires

* Nettoyer les murs

* Mettre des paneaux concernés pour les annonces

* Dessiner des peintures murales et "graphitique"

*Distribuer des bassins de fleurs sur les balcons et les planter

* Développer des slogans pour inciter les habitants et les visiteurs pour maintenir la campagne de la propreté.

7 Mai 2011

 
Le président de la municipalité visite deux institutions
éducatives de l’Association des Projets
 

Le président de la municipalité d’El-Mina, l’ambassadeur Mohamad Issa et plusieurs membres du conseil municipal ont visité le Collège de la Culture Islamique, et l’Institut Supérieur des Etudes Techniques, qui reviennent à l’Association des Projets Caritatifs Islamiques, où ils ont été accueillis par les directeurs et les membres des comités éducatifs des écoles de l’Association au Nord.

La délégation a visité les classes de l’école, où elle a été accueillie par les scouts avec des tambours, et par les élèves qui ont prononcé plusieurs discours.

De même, elle a vu les conditions éducatives dans les écoles de l’Association, et a exprimé son plaisir envers le programme d’enseignement adopté et des résultats satisfaisants dans les examens officiels.

Issa a réclamé le renforcement des bases de ces écoles distinguées par leur niveau académique.

A la fin de la visite, Issa a été offert une armure d’appréciation.

 
27 avril 2011
 
 
La fête de l’enfant
 

Dans le cadre des activités du comité social du conseil municipal d’El-Mina, une grande célébration a été organisée à l’occasion de la fête de l’enfant au Collège National Orthodoxe avec la participation des associations de la cité, et sous la supervision du Mouvement de la Jeunesse Orthodoxe.

180 enfants d’El-Mina ont participé à cette célébration, où on a commencé par un film qui a plu à tous. Ensuite plusieurs jeux divertissants et culturels, et des travaux manuels ont été organisés aux enfants.

A la fin de la célébration, les organisateurs ont salué les enfants et leurs parents qui étaient, tous, très contents. Le comité remercie chaque personne qui a contribué à la réalisation de cette célébration.

 
Le comité social du conseil municipal
 

La municipalité d'El-Mina a honoré le président décédé Riad El-Solh en conférant son nom à l'une des rues d'El-Mina à partir de la place de la Centrale, l'entrée este d'El-Mina, jusqu'à la cité elle-même, afin d’honorer ses activités humanitaires et ses travaux, en plus de son rôle dans la réalisation de l'Indépendance du Liban.

La célébration a eu lieu au Palais Municipal sous le patronage et en présence de l'ancienne ministre Layla El-Solh Hamada, la fille de l'honoré et la vice-présidente de la Fondation Humanitaire d'Al-Walid Ben Talal. Plusieurs personnes ont été présentes aussi comme Cheikh Malek Al-Chaar, Mufti de Tripoli et du Nord; Père Gregorios Moussa représentant Métropolite Ephram Keriakos, l'évêque du Diocèse de Tripoli, d'El-Koura; M. Moqbel Malek représentant le président Najib Mikati; Mostafa El-Helwe représentant le Ministre Mohamad Al-Safadi; Issam Kabbara; l'Ambassadeur Dr. Mohammad Issa, président de la municipalité d'El-Mina; Maged Ghamrawi, président de la municipalité d'Al-Baddawi; le Général de Brigade Ali Khalifé, Commandant de la région du Liban-Nord; le Général de Brigade Bassam Ayoubi, Commandant de la Police à Tripoli; Dr. Fawaz Al-Baba, président de l’Ordre des Médecins à Tripoli; l'ingénieur Attieh Merheb représentant le conseil de l’Ordre des Ingénieurs à Tripoli; Cheikh Nasser Al-Saleh, président de l'Association Islamique de la Générosité Ethique à El-Mina; Atef Tabouch, président du Port.

La célébration a commencé par le mot d'accueil de Mohammad El-Helwé, membre du conseil municipal, qui a parlé à propos des opinions patriotiques du président décédé Riad El-Solh, l'héro de l'Indépendance, qui ont été la cause de conférer son nom à l'une des rues d'El-Mina: « Le président El-Solh est l'une des célébrités au Liban. Malheureusement, il a été assassiné en 1951, causant une grande perte au Liban et aux pays arabes. Le président Al-Solh est l'un des piliers de l'Indépendance, et il est connu par le pacte national organisant les relations des Libanais entre eux-mêmes jusqu'à 1975 ».

Il poursuit: « La rue au nom du président Riad El-Solh côtoie la place du martyr Rafi Hariri et coupe la rue du martyr Rachid Karamé. La région sera ainsi partagée entre trois personnages considérés parmi les plus nobles et les plus fidèles au Liban. J'espère que la détresse du Liban aura fin le plus tôt possible et que la mort de ces grands hommes sera comme une rédemption pour ce pays ».

Le ministre Layla El-Solh a remercié le conseil municipal pour son initiative, et a dit: « Cette rencontre et cette initiative assurent que le président El-Solh est toujours dans les cœurs des gens, dans un temps devenu dépourvu de bravoure et de patriotisme, et envahi par la traîtrise et la haine ».

Après le cocktail, l'audience s'est dirigée vers la place de la Centrale où la plaque commémorative a été dévoilée.

Le Cheikh Malek Al-Chaar, Mufti de Tripoli et du Nord, a improvisé un mot sur le champ tout en considérant que « le président El-Solh est toujours présent dans les pensées des Libanais comme étant le symbole de l'Indépendance », et insistant sur le fait que « nous avons besoin d'hommes pareils pour poursuivre notre chemin de réforme, de construction et de charité ».

La clôture de l'exposition photographique du train de Tripoli par « Ressusciter les veines du Liban »
 

La municipalité d'El-Mina, en coopération avec Amis de la Station du Train de Tripoli, a terminé sa 50ème exposition de photos dans la salle de conférence au Palais Municipal à El-Mina samedi 26 mars 2011. Ces photos ont été prises par 10 photographes libanais et représentent les étapes par lesquelles la station a passé dès sa construction, et le fonctionnement du premier train entre Tripoli et Homs en 1911. M. Elias Khlat inauguré l'exposition, en présence de l'ambassadeur Dr. Mohammad Issa président de la municipalité, et quelques membres du conseil municipal, en plus des intéressés, par un discours au nom d’Amis de la Station des Trains de Tripoli. Il a évoqué les efforts déployés pour ressusciter la station et la retirer de l'oubli, et s’est arrêté spécialement sur l'étape de sa première construction à la fin de la période ottomane, et l'établissement d'une compagnie pour installer les rails de fer entre Tripoli et Homs avant de se convenir sur le fonctionnement du train entre Tripoli et Beyrouth. Le documentaire « Ressusciter les Veines du Liban » est préparé par Sandra Abi Rashed, Nancy Azzi et Joelle Bitar en 2009 comme projet de fin d'étude à l'Institut Touristique. Ainsi, Joelle Bitar a parlé de son expérience dans la préparation d'un film sur le train de Tripoli. De plus, le président de la municipalité a raconté les souvenirs qu'il a vécus durant les années 60 lorsque la roue du train tournait entre le Liban, la Syrie et la Turquie, tout en évoquant les efforts déployés par Amis de la Station du Train de Tripoli, par initiative de M. Elias Khlat. De même, il a mentionné les premières étapes que la municipalité d'El-Mina a commencé d'exécuter, à partir du nettoyage de l'entrée de la station jusqu'à la restauration de ses bâtiments internes, en coordination avec le Secteur des Rails de Fer au Liban. L'événement s'est terminé par une discussion directe avec l'audience.

 
Sauvez notre Station
 

La municipalité d'El-Mina et les Amis de la Station de Train à Tripoli fêtent le premier centenaire de la station samedi 5 mars dans la salle des conférences au Palais Municipal d'El-Mina. Dr. Antoine El-Kick vice président de la municipalité représentant le président l'ambassadeur Dr. Mohammad Issa, les membres du conseil municipal, l’ancien ministre Dr. Sami Minkara président de l'Université Al-Manar, et quelques figures religieuses, militaires et politiques, en plus de plusieurs familles de Tripoli et d'El-Mina étaient présents pour célébrer cette occasion.

« Sauvez notre Station », ce fut le titre principal de l'exposition de photos des photographes libanais ayant excellé dans leur art et leur goût, et mis au point la période historique et ses valeurs patrimoniale et économique au Liban, surtout au nord. L’avocate Roula Rachid Derbas, membre du conseil municipal, a inaugure l’événement en par un discours d’accueil tout en évoquant l'histoire de la station, et profitant de son centenaire pour réanimer cette veine qui lie le Liban à son voisinage, avec la participation d’Amis de la Station du Train à Tripoli. Avant la célébration, la municipalité a organisé une campagne pour nettoyer la station, sous permission du Secteur des Rails de Fer, la restaurer et la transformer en musée semblable à ceux de l'Europe. Derbas s'est adressée à tous les concernés pour bien travailler afin de faire fonctionner le train de « l'Orient Express » de nouveau.

Ensuite, M. Elias Khlat, président d’Amis de la Station de Train, a exposé un film sur l'histoire de la station, et décrit tous les anciens trains, entre autres les deux trains rouillés de type G7 construits en 1895, en plus de ses bâtiments monumentaux quasi détruits qui ressemblent à ceux du sud de la France. Ce patrimoine architectural franco-turc est un droit pour les habitants de Tripoli et d'El-Mina, qui ont contribué à construire cette station en 1908, établi la première compagnie en Orient nommée "Anonyme" et engagé la compagnie française "Sushi" pour exécuter ce projet. Le train de « l'Orient Express » a marché pour la première fois d'El-Mina jusqu'à Homs, durant la moitié de 1911, avec une grande célébration à l'occasion de cet important événement. Il a fonctionné pour trois ans jusqu'au début de la Première Guerre Mondiale, et a repris son activité après la fin de la guerre. Durant le Mandat Français, la station de Tripoli est devenue une propriété publique, et après l'indépendance une propriété libanaise. M. Khlat s’est joint aux proclamations de la municipalité de Tripoli, de la Ligue des Municipalités d'Al-Fayhaa, de l'Association Libanaise Culturelle au Monde, de l'Association Française pour la Protection du Patrimoine Tripolitain (dont le centre est à Paris), de la Fondation Safadi, et de la Municipalité d'El-Mina, pour que tout le monde puisse contempler ce particulier site monumental et économique au Nord.

 L'événement est terminé avec les signatures sur la requête pour protéger la station de Tripoli, sachant que nombreux signatures de plusieurs pays sont déjà incluses dans cet important dossier auprès du Ministère de la Culture.

L'exposition dure pour trois semaines et se termine par l’exposition d'un documentaire racontant l'histoire du train libanais comme étant l'une des veines économiques qui le Liban lie à son voisinage.

 

 

Le discours de Roula Derbas
 

Au nom du président et des membres du conseil municipal,

Au nom du Comité Culturel à la municipalité d’El-Mina,

Je m’adresse aux officiels, aux amis et aux intéressés ; Soyez les bienvenus

Une fois attachée au train de la station de Tripoli, la roue ne savait pas que la direction serait 100 ans en arrière; elle croyait qu'elle transporterait des passagers en avant, vers un large horizon, vers un monde civilisé.

La roue ne savait pas qu'elle avait été conçue pour s'arrêter après qu'elle tournait dans les régions européennes depuis environ 100 ans.

Voici le train plaignant: « Je suis l'un des services publics en pane au Nord; je suis un monument détruit bien que je soie le cure des veines entre le Liban et son voisinage. Qui m'a arrêté les moteurs? Qui m'a couvert de rouille? Qui m'a délabré et délaissé? »

La station parle d'elle-même … après 100 ans. Au lieu d'être l'une des sources de prospérité et de développement économique, elle se trouve retirée avec sa ville sur l’une des étagères isolées.

Pourtant elle ajoute:

« Malgré ce site en pane, j'ai perçu un intérêt chez les gens qui m'a retirée de ma solitude et m’a laissée sentir que quelqu'un prend soin de moi et reconnaît mon importance économique, patrimoniale et artistique. Mon style fin a attiré un groupe de bonnes personnes qui m'ont pris pour une amie et m'ont éliminé l’angoisse. Elles m'ont rassurée qu'elles ne me laisseront jamais, ce qui m'a poussée à leur procurer des places pour se reposer sur mes sièges luxueux tout au long d’un voyage dans le temps, à leur confier mes secrets et à les prendre des gardiens pour mes souvenirs ».

« Bien que mon nom soit ‘la Station des Trains de Tripoli', je suis dans le cadre de la cité d'Askaleh (Escale) qui était une station d'arrêt essentielle à tout voyageur, pour qu’il puisse savourer le large horizon de la cité et effacer la fatigue du trajet sur sa merveilleuse plage avant de se préparer pour un nouveau voyage".

« Les habitants d'Askaleh ont perçu que j'ai besoin d'eux et qu'ils doivent s'unir à ceux qui m'aiment, et ils ont reconnu ma valeur, décidant alors de me redonner progressivement la vie à l'occasion de mon centenaire … en coopération avec le Secteur des Rails de Fer et du Transport Commun. Tous ont décidé de me redonner mon élégance, de m’offrir l'amour et l'eau rafraichissant, de déraciner les herbes gâchées … de projeter sur moi les lumières et les saluts, et de prendre soin de moi et me protéger ».

Je demande à la station la permission de prendre la parole pour déclarer que la municipalité d'El-Mina, en coopération avec le Secteur des Rails de Fer et du Transport Commun, l’Amis de la Station des Trains de Tripoli, et la Fondation Tripoli, a mis un programme complet pour ressusciter ce site à travers plusieurs activités qui commencent aujourd'hui par l'exposition et la conférence du premier ami de la station M. Elias Khlat. Ensuite viendront le documentaire « Ressusciter les Veines du Liban » qui sera projeté samedi 26 mars 2011 à 18h et la campagne de nettoyage, de boisement et d'éclairage pour la station. De plus la station sera ouverte durant des durées précises pour que les intéressés puissent voir les bâtiments monumentaux particuliers.

La station termine son discours en disant: « Le Musée d'Orsay en France n'est pas moins important que moi, son origine et le mien sont le même, mais j'aspire à ce que mon destin soit comme le sien, est-ce possible? »

Je donne la parole maintenant à M. Elias Khlat, l'expert de la station et son ami.

 
 
Une journée medicale libre
 

La Municipalité d’El Mina
en collaboration avec un groupe de médecins specialistes
organisera
une journée medicale libre
à l’école Andre Nahas officielle pour les filles
durant la journée du dimanche 06/05/2011
8ham-13hpm

 
Ouverture de la Clinique du santé “AZM”à El Mina
 

 

Sous le Patronnage du Premie Ministre Najib MIKATI, l’Association Azm & Saadé a élaboré la cérémonie pour l’ouverture de la Clinique du Santé dans le quartier du Moulin prés de la place Dr Jacob Lebban à El Mina,en présence du représentant du premier Ministre Mikati Mr. Abdel- Kader Alameddine ,le president de la municipalité d’El Mina L’ambassadeur Dr Mohamad Issa ,les maires de la Marine ,les membres du conseil municipal d’El Mina et une foule de représentants religieux, politiques et sociales et des participants.

Début d'un mot pour le responsable du secteur de la santé officielle à l’Association Azm & Saadé Dr Salah Ghandour, qui a dit: «Le Premier ministre Najib Mikati et son frère Taha, ont fondé les bases de l’Association Azm & Saadé qui est le bien-être humain à travers les soins et le développement humain, et nous, dans le secteur de la santé à « l'Association Azm », travaillons tout ensemble pour assurer les soins et la santé les plus hauts degrés de qualité pour élever le niveau de la santé du notre peuple de Tripoli et Mina et du Nord. " Il a ajouté: «le secteur de la santé de l'Association a assuré plus de 300.000 services de santé pour 60 000 personnes dans les dernières années."

Ensuite, le représentant du Premier ministre Najib Mikati, Abdel- Kader Alameddine a transmit les salutations du Premier ministre aux participants et il a noté: «Cette clinique qui rejoindre aux autres institutions de l’Association Azm & Saadé àTripoli et Mina , est une contribution de l’Association et de la direction du Premier Ministre pour l'atténuation des citoyens et pour le travail avec eux en but d’avoir une vie meilleure, l'Association est toujours à la recherche au service des citoyens et contribue toujours au soutien de la société civile dans le renforcement de la vie des citoyens.

Il a ajouté: " l’Association Azm & Saadé et avec l'orientation du président Najib Miakti n’a jamais cessé le travail permanent pour mettre les projets de développement à tous les niveaux sanitaires et socio-culturels; Aujourd'hui nous ouvrons la clinique qui à travers ses médecins, son équipe et son laboratoire reste au service des citoyens d’El Mina et après deux jours nous allons ouvrir sous le patronnage du president du cabinet le centre culturel AZM –Maison d’Art qui doit être un plateforme culturelle et artistique et jouera un rôle et place El Mina et Tripoli sur la carte culturelle et touristique arabe et mondiale. " ils ont ensuite coupé le ruban, le dispensaire a ouvré aux participants avec une tournée dans les environs.

 

 
Une Journée sans voitures
 

 

La Journée sans voitures à Mina, Tripoli, est une initiative du Réseau des jeunes de Tripoli, soutenue par BankMed et le Prix Maurice Fadel. Cette journée vise à promouvoir une culture respectueuse de l'environnement au Liban, en interdisant les voitures sur deux axes majeurs de Tripoli et de Mina et en organisant, sur ce parcours, des événements sportifs et culturels et des divertissements auxquels tous les Libanais sont invités à participer.

Le Réseau des jeunes de Tripoli est un collectif d'organisations non gouvernementales opérant dans la ville. Il est dirigé par des jeunes, engagés à promouvoir une image positive de la ville de Tripoli et au-delà dans l’ensemble du pays. Le Réseau et ses membres ont ainsi joint leurs efforts pour organiser cette première initiative visant à sensibiliser les habitants à l’environnement.

Un grand podium sera dressé à proximité de Dar al Chamal, un autre sur la Corniche de Mina. Viendront s’y produire, pour le bonheur des habitants, une vingtaine de chanteurs et de formations musicales durant huit heures consécutives. À coté des magasins Benetton, une zone d’activités pour enfants est prévue, et tout au long du parcours, la chaussée sera réservée aux promeneurs, pour découvrir la ville, y flâner, faire du jogging, du skateboard ou du vélo sans se soucier des automobiles, loin des klaxons et des pots d’échappement.

Le sport n’est pas oublié avec six terrains de basket-ball, quatre terrains de football et une course de 10 kilomètres. Une place est également réservée aux arts urbains, avec des murs pour les graffitis. Plus de 100 stands de nourriture et de boissons jalonneront le parcours. Quatre stations de bus sont prévues pour faciliter le déplacement des participants…

Que le soleil soit éclatant ou timide, rendez-vous donc à Mina, Tripoli, de midi à 18h00. À midi a lieu la cérémonie d'inauguration et à partir de 13h00 sont lancées toutes les activités.

La veille de la Journée sans voitures, une grande soirée est organisée avec Ragheb Alama, ambassadeur des Nations unies pour le Programme de l'environnement.

Concert Ragheb Alama

Samedi 12 novembre 2011

Billets : Virgin Megastore (10$, 30$, 50$, 200$)

  Journée sans voitures

Dimanche 13 novembre 2011

De 12h00 à 18h00

 

 

 

© 2006- 2017 Copyright. All rights reserved